Dentisterie numérique: CFAO, une révolution à deux vitesses

 

produits amann girrbach

La CFAO ?

La CFAO, conception et fabrication assistées par ordinateur, ou CAD/CAM (Computer Assisted Design / Computer Assisted Manufacturing) consiste à créer des prothèses dentaires à partir de fichiers numériques. Elle permet l’enregistrement de données sous forme numérique (acquisition), le traitement des données, la modélisation virtuelle (CAO) ainsi que la réalisation matérielle (FAO) d’un dispositif médical sur-mesure.

 

 

 

 

Acquisition de données par numérisation:

Elle peut se faire par caméra intra orale directement au cabinet ou au laboratoire par des scanners dédiés.

 

CAO :

La conception assistée par ordinateur (CAO) est un processus de création d’objets virtuels réalisé à partir d’une représentation graphique. Ce processus comprend une étape de post-traitement et une étape de conception de modélisation de la prothèse.

 

 FAO :

La fabrication assistée par ordinateur (FAO) est un processus de matérialisation physique d’un objet virtuel. Un parcours d’usinage est alors généré pour déterminer la position des outils pendant la fabrication. Le procédé de fabrication peut se faire soit par soustraction (suppression de matière) avec une usineuse soit par addition (ajout de matière) avec une imprimante 3D.

 

Elle se décline en trois méthodes différentes : directe, semi-directe, indirecte.

 

 

 

CFAO directe

La CFAO directe est la conception et fabrication assistées par ordinateur de constituants prothétiques sans faire appel au laboratoire de prothèse. Toutes les étapes sont réalisées au cabinet.
En se formant à la CFAO directe, le praticien peut maitriser toutes les étapes de la production dentaire, de l’acquisition d’images aux finitions des restaurations produites par l’usineuse ou imprimante 3D.

 

CFAO 4

 

CFAO semi directe

Une étape au moins passe par le laboratoire.
L’acquisition se fait au cabinet, la CAO peut se faire soit au cabinet soit au laboratoire, et la production (de l’infrastructure et du cosmétique) est également faite soit au laboratoire soit au cabinet.

 

CFAO Indirecte

La prise d’empreinte est effectuée de manière analogique, le laboratoire s’occupe du reste du processus (scan, design, production, finitions).

 

1- Le numérique au cabinet

 

CFAO 5

 

Dans ce mode d’exercice, les modèles physiques sont remplacés par des modèles virtuels.
L’acquisition se fait soit par empreinte optique intra-buccale à l’aide d’une caméra intra-orale, soit par scannage des empreintes ou des modèles, fournissant ainsi des données cliniques d’imagerie stockables et convertibles grâce au système de numérisation.

 

 

Un scanner intra-oral tel que le CS3700 de Carestream permet de développer l’image technologique du cabinet, de numériser à grande vitesse et en continu les deux arcades, d’optimiser la communication avec les patients, les correspondants et le laboratoire; le tout avec un système ouvert qui évite les couts cachés supplémentaires.

En associant ce scanner à un logiciel, il est alors possible de traiter les données et de procéder à la conception informatique de la pièce à élaborer.

Pensés pour répondre aux besoins des praticiens et laboratoires, les logiciels Exocad sont fluides, intuitifs et simple d’utilisation.

 

CFAO 7

 

Les données numériques sont traitées par le logiciel pour concevoir la prothèse.

En CFAO directe, le cabinet dispose d’une usineuse et d’un four pour assurer la production complète en interne.

Parfaitement adaptée pour le travail en chairside, la PL900S est une usineuse dite « plug and play », avec compresseur et réservoir d’eau intégré. Facile d’utilisation, elle offre une rapidité et une réactivité à toute épreuve.

 

 

 

Les techniques de CFAO directe et semi-directe présentent des avantages à la fois pour le praticien et pour le patient.

 

Pour le Praticien :

  • Gain de temps et de confort : L’utilisation d’empreintes optiques permet un gain de temps considérable, tout le protocole standardisé garantit des restaurations fiables.
  • Gain de productivité et rentabilité : Les étapes et délais de fabrication sont raccourcis, ainsi que le nombre de séances (réduit à une en CFAO directe).
  • Gain de précision, de régularité et de traçabilité : Les restaurations sont plus précises, le risque d’erreur est amoindri et le stockage des données facilité.
  • Le praticien a de nouveaux outils et de nouveaux matériaux pour répondre à ses besoins et ceux de ses patients.
  • La CFAO au cabinet valorise le travail du praticien et améliore son image de marque

Pour le Patient :

  • Des restaurations parfois plus esthétiques, avec des matériaux biocompatibles qui facilitent l’intégration morphologique.
  • Confort du patient : Plus d’étape d’empreinte physique considérée comme désagréable ! Plus de réflexe nauséeux. Et surtout, des soins qui peuvent être réalisés en un seul rendez-vous.

 

2 – le numérique au Laboratoire

 

Le laboratoire intervient en CFAO indirecte et semi-directe. Ces techniques font appel à des laboratoires ou à des centres d’usinage pour l’élaboration de restaurations plus complexes avec des matériaux plus difficiles à travailler en cabinet dentaire.

 

 

Les données sont récupérées sous forme de fichier STL (stéréolithographie) en scannant  l’empreinte ou le modèle physique envoyé par le praticien puis traitées par un logiciel de design.

Concernant la production, le laboratoire peut passer par un procédé additif (imprimante 3D Nextdent) ou soustractif, par le biais d’usineuses à sec ou hybrides telles que Motion 2 et Matik.

 

La motion 2 est une usineuse à 5 axes dédiée pour travailler tout matériaux. Elle présente l’intérêt de pouvoir combiner fraisage à sec et sous irrigation.

 

 

 

Dernière génération d’usineuses multi services intelligentes : La Matik est une usineuse qui regroupe une unité de production, une chaîne de chargement et un système d’auto-nettoyage. 100% autonome et complètement flexible.

 

 

 

Les avantages pour le laboratoire :

  • Les avantages du cabinet se répercutent sur ceux du laboratoire, l’envoi des empreintes numériques et la transmission des données sont quasi- instantanés et plus précis, cela réduit les sources d’erreur et permet une meilleure réactivité pour l’exécution.
  • De manière générale la communication entre le laboratoire et le praticien est facilité et optimisée.

Pour conclure, la technologie offerte par le CAD/CAM apporte beaucoup d’avantages non seulement pour le dentiste mais aussi pour le patient et le prothésiste.
Par rapport à la technique conventionnelle, la baisse des volumes de matériaux utilisés et de déchets inscrit la transition numérique dans une démarche durable présentant un bénéfice écologique.
Et pourtant… malgré son essor et sa démocratisation, encore peu de cabinets en sont équipés aujourd’hui. :’(