Métal fritté CoCr pour le fraisage à sec à domicile

« Sintron », sorti en 2013, est un produit créé et breveté par Amann Girrbach. Il s’agit d’un métal non-précieux qui révolutionne le processus de fabrication des restaurations CoCr.

Ceramill Sintron a été conçu en collaboration avec l’institut Fraunhofer IFAM de Dresden.

 

 

Des universités indépendantes et des laboratoires d’essais accrédités ont été mandatés pour réaliser des tests sur les matériaux et les procédures de ceramill sintron. La qualité des matériaux et des processus a été validée au plus haut niveau grâce aux résultats des tests et des rapports délivrés ; ce qui permet de garantir une sécurité maximale.

 

3 millions d’unités cliniquement approuvées dans plus de 2000 laboratoires dans le monde utilisant les disques Sintron.

 

 

A la différence du CrCo « dur » le Sintron est un alliage pré fritté, qui s’usine dans n’importe quelle usineuse du marché. Pas besoin de broche ultra puissante ou de fraises spécifiques. Les résultats obtenus sont exceptionnels, les éventuelles retouches avant cuisson sont très faciles, car le métal n’est pas encore fritté.

Il est même possible d’usiner les connectiques implantaires, grâce entre autres au logiciel INCADCAM.

 

Usinage d’un bridge transvissé en Sintron avec le système APE
Dans une usineuse Amanngirrbach Ceramill Motion 2

 

La consistance des disques est très proche de la cire, ce qui fait que les disques peuvent être fraisés à sec facilement dans une petite usineuse.
Adieu le processus de coulée, long, laborieux et source d’erreurs avec de nombreuses étapes à la main. La sintérisation, simple et confortable, donne des résultats irréprochables.
Elles atteignent leur état final pendant le frittage sous flux de gaz protecteur (grâce au Ceramill Argotherm 2).

 

 

 

Fraiser du CoCr à sec, comme la cire

Jusqu’à il y a peu, il n’était pas possible de réaliser des CoCr avec des « petites » fraiseuses de laboratoire du fait de la dureté du matériau.  Ceramill Sintron permet de fraiser à sec par CNC des restaurations en métaux non précieux dans une machine posée sur table de travail dans son propre laboratoire.

Les armatures atteignent leur état final pendant le frittage sous flux de gaz protecteur qui s’ensuit, on obtient une unité en métal non précieux très homogène. Pour la réalisation de la céramique, elle peut être réalisée grâce à une céramique CoCr conventionnelle.

 

Argotherm 2 : le frittage intelligent sous gaz protecteur pour Ceramill Sintron

 

 

Les disques Sintron s’utilisent très facilement avec le four à haute température conçu spécialement pour le frittage des disques et adapté aux composants du système Ceramill CAD/CAM :  Ceramill Argotherm 2

L’adaptation parfaite du système CAD/CAM et la sintérisation offrent un résultat de haute qualité, plus particulièrement vis-à-vis des propriétés mécaniques et de l’homogénéité. Son utilisation est simple, et permet la réalisation d’armatures ajustées et sans déformations. Ce four compact prend très peu de place et peut être installé sur une table de travail ; il refroidit très rapidement après le frittage.

 

 

Les indications : 

 

Ceramill Sintron peut être utilisé pour :

 

 

Il est utilisable avec toutes les céramiques conventionnelles pour armatures en chrome-cobalt.

 

 

Données techniques :

  • Résistance à la traction : 900 MPa
  • Module E : 200 GPa
  • Densité : 7.9 g/cm3
  • Dureté Vickers : 270 HV 10
  • CDT 25 – 500 °C : 14,5 *10-6/K
  • Allongement à la rupture : 30 %
  • Porosité ouverte : 0 %
  • Couleur : argent
  • Couleur oxyde : gris-vert
  • 0,2 % limite élastique (Rp0.2) : ≥ 450 MPa
  • Tolérance corporelle : DIN EN ISO 10271 :2011-10
  • Biocompatibilité : ISO 10993-1

 

 

Expérience utilisateur : Le laboratoire Charon

 

Rencontre avec le gérant du Laboratoire Frédéric Charon qui nous fait part de son enthousiasme quant à l’utilisation du Sintron.

 

 – Bonjour Frédéric, pourriez-vous en quelques mots présenter votre laboratoire ?

Nous sommes le laboratoire Charon, créé en 1992 et situé à Mareuil-les-Meaux. L’aventure CFAO a commencé en 2000 avec l’achat d’un scan Nobel Procera, pour ensuite acquérir une Mikro 4 et deux usineuses hybrides Motion 2 entre 2015 et 2017. Nous sommes également équipés de 2 scanners map 400 de la même marque Amann Girrbach.

 

 – Pourriez-vous nous dire ce qui vous intéresse dans le Sintron? Quels bénéfices en retirez-vous ?

J’ai commencé à utiliser le Sintron en 2019, avec tout l’équipement pour faire des bridges longue portée comme le float sintering, et je l’utilise surtout pour les cas implantaires. Pour moi, la versatilité est un des plus gros avantage du Sintron.

 

 

 – Vous utilisez Le Système INCADCAM, pourriez vous nous dire en quoi ça consiste et ce qu’il vous apporte?

Oui, j’ai fais cette année l’acquisition d’une licence INCADCAM. Je trouve que c’est un très bon outil pour s’affranchir des connectiques implantaires, et il fonctionne parfaitement pour des multi-unit. L’avantage majeur du système INCADCAM pour l’ouverture du logiciel est la possibilité de créer des bibliothèques implantaires sur demande. Je peux aujourd’hui être totalement autonome sans dépendre des distributeurs, de leur réactivité, de leur stock… Le logiciel INCADCAM c’est la liberté.

 

Au laboratoire Hephaistos 3D, Damien Gayet a mis en place le protocole Incadcam au laboratoire en y intégrant la bibliothèque de stabilisateurs A. P. E.

 

Merci au laboratoire Charon pour leur retour !
Pour les informations sur le système INCADCAM rendez-vous ici.